Séminaire sur l’éco-acoustique et la bio acoustique à Grenoble organisé par la chaire Chorus et l’Agence de l’Eau Rhône Méditerranée Corse, 13-14 novembre 2017

News

Le milieu sous-marin n’est pas le « monde du silence » !

Séminaire sur l’éco-acoustique et la bio acoustique à Grenoble organisé par la chaire Chorus et l’Agence de l’Eau Rhône Méditerranée Corse, 13-14 novembre 2017

Le pôle Mer Méditerranée a participé à ce séminaire sur ce domaine nouveau qui se développe particulièrement en Méditerranée.

La chaire Chorus, http://chorusacoustics.com/home/, consacrée à la recherche en écologie des paysages acoustiques marins, fait partie de la Fondation Partenariale Grenoble INP. Cedric Gervaise et Lucia Di Lorio sont les co-titulaires de Chorus.

Quelques définitions

Eco-acoustique : C’est une discipline émergente surtout dans le milieu marin elle est à la croisée de l’écologie, de l’acoustique et de l’informatique. Elle vise à estimer et à suivre les changements de la biodiversité de la vie sous-marine sur de larges échelles temporelles et spatiales en fonction des perturbations affectant les habitats naturels (destruction de ceux-ci, pollution, changements, …). Comment ? en enregistrant et en analysant les sons émis par les animaux, comme les sons émis par les poissons, les crustacés, ou les vocalisations des mammifères. Il semble que la complexité sonore d’un habitat (herbier de posidonies par exemple) reflète la complexité de la biodiversité : plus un son est complexe, plus on peut supposer qu’il y a un grand nombre d’espèces animales présentes.

Bio-acoustique : C’est une discipline plus ancienne (de quelques décennies pour les mammifères marins mais encore émergente dans le domaine des poissons, des larves etc. ). Elle est fondamentale dans le domaine du comportement animal.

Les deux approches sont complémentaires.

Pour faire une analogie musicale, l’éco-acoustique se focalise sur l’orchestre quand la bio-acoustique étudie le soliste !

L’application de la directive européenne pour la stratégie sur le milieu marin, DCSMM, descripteur 11 (bruits impactant le milieu marin), a stimulé les recherches sur ce domaine.

L'AERMC a entrepris, en Méditerranée, de soutenir l’acquisition de connaissances et de bâtir le réseau CALME.

CALME (Caractérisation Acoustique du Littoral Méditerranéen et de ses Ecosystèmes) a débuté en 2015 par une première exploration complète des côtes méditerranéennes françaises, la mise en place d’un prototype de stations ‘point fixe’ à CALVI et les mesures acoustiques réalisées par des planeurs sous-marins autonomes (glider Sea Explorer (projet FUI labellisé par le Pôle) de la société Alseamar. Ce réseau a été complété par plusieurs stations d’écoute sur la côte et en Corse.

CALME est le 22ème réseau de surveillance de la plateforme MedTRIX, mise au point par Andromède Océanologie en partenariat avec l’Agence de l’Eau RMC.

Ce séminaire a permis de faire le point sur l’avancement des recherches sur l’ensemble de la bio et de l’eco acoustique en Méditerranée.

Ce sujet est aussi en synergie avec les actions de restauration écologique car les bruits émis par les biotopes naturels (herbiers, coralligènes,…) ou artificialisés (ports) sont des indicateurs caractéristiques des écosystèmes de ces biotopes.

Plusieurs entreprises membres du Pôle Mer Méditerranée ont participé à ce séminaire car elles sont impliquées dans les recherches et applications : Andromède, Ecocean, Semantics, Alseamar, Biotope, Naval Group. D’autres entreprises, du nord de la France sont fournisseurs d’équipements et de services : RTsys, Sinay.

Dreal PACA a aussi participé à cet événement.

Il a montré aussi l’excellence des équipes françaises impliquées dans ces recherches et applications.