Le Pôle Mer Méditerranée adhère à l'AFHYPAC, l'association française pour l'hydrogène et les piles à combustibles

logo afhypac.jpg

L’engagement du Pôle Mer Méditerranée en faveur du développement durable de l’économie littorale et maritime est confirmé par son adhésion à l’AFHYPAC. Agissant en véritable moteur d’innovation et de compétitivité, le Pôle Mer Méditerranée autour de ses Domaines d’Actions Stratégiques « Naval et Nautisme » & « Ports, logistique et transports maritimes" et de ses feuilles de route autour du Greenship et  du Greenport inscrit son action avec les missions de l’AFHYPAC.

 

Face à des réglementations environnementales de plus en plus poussées (zones à faibles émissions, MEPC 72, zones ECA, Global cap 2020 etc.) les acteurs des mobilités maritimes et fluviales sont à la recherche de solutions alternatives pour leurs motorisations. La très grande diversité de leurs besoins oblige ces acteurs à évaluer l’ensemble des technologies pour tendre vers le « zéro émission » le plus rapidement possible.

 

Dans l’élaboration et la construction de cette 4e génération de navires à un rythme accéléré (une trentaine d’années) l’hydrogène et les piles à combustible s’imposent comme des solutions crédibles. Par l’Engagement pour la Croissance Verte

 

Mobilités hydrogène maritimes et fluviales, les acteurs de la filière hydrogène mais également ceux des mobilités maritimes et fluviales, souhaitent avancer ensemble sur la construction d’une trajectoire commune.

Présentation de l'AFHYPAC

L'Association Française pour l'Hydrogène et les Piles à Combustible (AFHYPAC) est une association régie par la Loi du 1er juillet 1901.

Elle fédère les acteurs de l'hydrogène et des piles à combustible en France : entreprises, laboratoires et instituts de recherche, pôles de compétitivité, collectivités territoriales et associations régionales.

Avec le soutien de l'ADEME, l'AFHYPAC assure l'animation de cette filière industrielle d'avenir.

Son ambition : accélérer le développement de solutions hydrogène au bénéfice de la transition énergétique et de la société.

LES MISSIONS DE L'AFHYPAC

  • COMMUNIQUER sur les enjeux de la filière, sur les bénéfices et les caractéristiques des technologies,
  • CONTRIBUER à lever les verrous qui freinent les projets de démonstration et de déploiement en France,
  • INFLUER sur le cadre réglementaire,
  • FACILITER la concertation sociétale autour des objectifs nationaux et des initiatives locales.

L'AFHYPAC entretient des relations privilégiées avec l'ADEME, la Direction Générale de l'Energie et du Climat et la Direction Générale de la Prévention des Risques (Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire). L'AFHYPAC est membre de l'AVERE-France, de Coénove et d'Evolen.

 

Au niveau international, l'AFHYPAC est membre de Hydrogen Europe et membre affilié de la Fuel Cell & Hydrogen Energy Association (FC&HEA) aux États-Unis.

 

 La filière hydrogène

La filière hydrogène pour les mobilités maritimes et fluviales est en train de se bâtir et d’atteindre un niveau de maturité industrielle. Il s’agit également d’assurer une place aux acteurs industriels français dans cette révolution des motorisations. Architectes, systémiers/motoristes, équipementiers, intégrateurs/chantiers, fournisseurs de composants, centres de recherche et d’innovation : la France dispose d’atouts importants pour prendre une position de premier plan au niveau mondial.

 

Pour cela, il convient « d’aligner » l’ensemble de la chaine de valeur et d’offrir suffisamment de visibilité à chacun des acteurs pour assurer l’investissement dans des outils d’industrialisation capables de répondre à cette demande nouvelle. Surtout que les projets hydrogène s’inscrivent dans une dimension écosystémique forte, allant de la production d’hydrogène bas carbone ou décarboné à la conception des navires ainsi que leurs usages.

 

L’Engagement pour la Croissance Verte doit également permettre de déterminer la place de l’hydrogène et des piles à combustible dans le futur mix énergétique des navires et bateaux aux côtés de la traction vélique, du biométhane, du GNL et des batteries.

 

Enfin, il s’agit de couvrir l’ensemble des trois façades maritimes françaises continentales mais également, les fleuves, les canaux, les territoires insulaires et les ports ultra-marins. La présence de grands ports maritimes, de plateformes multimodales, de ports régionaux et/ou spécialisés (tourisme, plaisance, pêche, etc.)  offre autant d’opportunités mais également une forte variété de situations, avec un besoin de déterminer les situations réplicables et aussi celles spécifiques.