Célébration de la « Grande Jonction » de coques de l’Alfred Merlin, futur navire archéologique du DRASSM

Logo_Drassm.jpg

Le 9 juillet avait lieu à La Ciotat la célébration de la « Grande Jonction » de coques de l’Alfred Merlin, futur navire archéologique du DRASSM. Dessiné par le bureau d’études Mauric et construit par le chantier naval iXblue, il est issu du projet NESSIE, né en partenariat avec le Pôle Mer, et labellisé en 2018. (https://www.polemermediterranee.com/Activites-Projets/Naval-et-nautisme/NESSIE)

 

Le navire sera long de 46 m – soit 498 UMS, ce qui en fera le plus grand bateau en composite du monde – la règlementation interdisant aujourd’hui la fabrication de bateaux de plus de 499 UMS en composites. IXblue est d’ailleurs partenaire du projet Européen Fibreship qui vise à faire évoluer la réglementation SOLAS en garantissant les propriétés mécaniques, la tenue aux incendies et éprouvant l’industrialisation et le recyclage de pareils navires. Ce projet a été labellisé en 2018 par le Pôle Mer (https://www.polemermediterranee.com/Activites-Projets/Naval-et-nautisme/FIBRESHIP)

 

Il intégrera un certain nombre de technologies d’iXblue (centrale inertielle, USBL…) et plusieurs innovations technologiques – notamment un réseau de fibres de Bragg – intégrées dans la coque et permettant de connaitre ses déformations.

Il s’inscrit pleinement dans le cadre de la feuille de route GreenShip de la filière des industriels de la mer, puisque 60% plus léger qu’un équivalent d’acier, il aura des émissions de CO2 proportionnellement réduites ; le composite évite le recours à des revêtements antifouling polluants, et une partie des fibres utilisées pour sa fabrication sont issues de la filière du recyclage. Sa carène a été optimisée pour offrir une stabilité accrue à vitesse réduite, et rendre plus confortables les opérations de fouilles archéologiques.

Livraison prévue pour 2021.

 

Ce bel événement fut aussi l’occasion de redécouvrir les chantiers navals de La Ciotat en pleine mutation, avec la construction d’une plateforme d’accueil de yachts de 40 000 m² et l’installation d’un ascenseur à bateaux de plus de 4000 T.