ABIOP+

Accounting for BIOfouling through established Protocols of quantification for engineering

Projet en cours

Porteur du projet France Energies Marines
Partenaires industriels CORRODYS, EDF R&D, EDF RENOUVELABLES, ENGIE GREEN, NAVAL ENERGIES, RTE
Partenaires recherche Université de Nantes, Université de Toulon, Université Bretagne Sud, IFREMER
Budget 1 990 K€
Cofinanceur publics ANR PIA & MEMBRES DE FEM
Année de labellisation 2019
Année de cofinancement 2019

L’augmentation de la compétitivité des EMR (liée à la baisse du LCOE) est essentielle à leur développement. Une conception optimisée ainsi qu’un plan de maintenance pertinent des structures et des fermes sont donc nécessaires. Dans ce contexte, le développement d’organismes vivant sur des éléments immergés en mer, aussi appelé biofouling, est un paramètre crucial à prendre en compte. Ce processus biologique qui affecte tous les types de structures n’est pas entièrement compris, surtout si l’on considère les sites très dynamiques et peu profonds, caractéristiques des zones d’implantation des systèmes EMR. Plusieurs travaux, dont le projet ABIOP, soulignent que le biofouling est un problème critique pour les liaisons mobiles fond-surface telles que les lignes d’ancrages et les câbles dynamiques. Le projet ABIOP+ a donc pour objectifs de 1) fournir des protocoles de caractérisation du biofouling se développant sur les composants des liaisons fondsurface très vulnérables à ce processus biologique afin d’acquérir des données quantitatives in situ et 2) recenser les méthodes existantes de gestion du fouling et tester les solutions les plus adaptées au contexte de l’éolien flottant.

 

RETOMBÉES ET PERSPECTIVES
  • 3 emplois créés
  • 1 emploi maintenu