RHOMEO

Bactéries à protéorhodopsines (bactéries photohétérotrophes) dans l’environnement marin

Projet en cours

Porteur du projet Observatoire Océanologique de Banyuls
Partenaires recherche Station Marine de Roscoff
Budget 1 200 K€
Cofinanceur publics ANR
Année de labellisation 2011 - Colabellisé par le Pôle Mer Bretagne
Année de cofinancement 2011

rhomeo.jpg

Les océans occupent plus de 70% de la surface de notre planète, régulent son climat et soutiennent des ressources biologiques et non biologiques.

Présents à une concentration d’un milliard de cellules par litre, les micro-organismes jouent un rôle fondamental dans les cycles biogéochimiques qui façonnent notre planète en recyclant les nutriments et finalement en influençant le climat à une échelle globale.

Il a été démontré récemment qu’une forte proportion de ces micro-organismes étaient photohétérotrophes, c’est-à-dire capables d’utiliser la lumière comme complément de leurs besoins énergétiques qui dépendent également d’autres processus et, en particulier, de la respiration du carbone organique.

Les bactéries à protéorhodopsine (PR) constituent un groupe de bactéries photohétérotrophes très important.

Elles utilisent des pompes à protons lumino-dépendantes pour utiliser la lumière comme source d’énergie. Malgré son importance, le rôle de la photohétérotrophie dans les flux de carbone océanique reste encore pratiquement inconnu. RHOMEO est un projet collaboratif où l’estimation de la diversité et de la dynamique spatio-temporelle des bactéries à PR marines sera combinée avec des études physiologiques en photobioréacteurs ciblant des souches isolées.

Des techniques moléculaires de pointe seront utilisées pour déterminer la diversité des bactéries contenant des PR à 3 sites contrastés, en Mer Méditerranée, dans la Manche et dans l’océan Arctique.

Les études physiologiques bénéficieront d’une instrumentation (photobioréacteurs) unique, ainsi que de souches microbiennes modèles, pour évaluer les effets de la lumière sur l’efficacité d’utilisation du carbone par des organismes abondants dans l’environnement.