FACTEUR 4

Amélioration non OMG des performances des micro-algues

Projet terminé

Porteur du projet IFREMER
Partenaires recherche INRIA, UPMC, OOV LOV
Budget 458 K€
Cofinanceur publics OOV LOV
Année de labellisation 2012 - Co-labellisé par le Pôle Mer Bretagne Atlantique et TRIMATEC
Année de cofinancement 2012

Facteur 4.jpg

La rentabilité des productions industrielles de microalgues nécessite la mise en œuvre de systèmes de production performants, utilisant des souches de microalgues à forte productivité. À l’instar des progrès qu’elle a permis au cours des siècles en agriculture, l’amélioration de souches ou de populations de microalgues originales à fort potentiel pour des applications ciblées reste ainsi un enjeu majeur.

 

Les méthodes mises au point lors du précédent projet Shamash, ont fait apparaître des adaptations nécessaires pour leur application à des microalgues diverses et des cyanobactéries diazotrophes, dont l’indépendance vis-à-vis des engrais azotés constitue un avantage à exploiter en biotechnologie. Les étapes de mutagenèse et de sélection des cellules requièrent des choix techniques et leur maîtrise approfondie, pour améliorer la productivité cellulaire en lipides ou en sucres. Le marquage de caractères biologiques particuliers doit également être testé. Une meilleure compréhension de ces étapes est indispensable pour en exploiter le potentiel et des études biochimiques et génomiques sont ainsi mises en œuvre en ce sens.

 

 

Une seconde approche, utilisant la sélection dirigée, est également étudiée dans des systèmes de sélectiostats, développés spécialement pour le projet. L’enjeu final est la production de souches robustes, en visant un quadruplement des potentialités des souches issues d’algothèques.

 

 

Retombées et perspectives :

  • 9 emplois créés
  • 2 brevets
  • 20 publications