Ressources biologiques marines

Pêche durable, aquaculture durable et biotechnologies : trois piliers de l’action du Pôle Mer Méditerranée en matière de ressources biologiques marines.

48 Projets financés

71 Projets labellisés

7 Plateformes collaboratives

142.3 M€ Budget de projets labellisés

Institut Océanographique Paul Ricard

Du laboratoire à la production de masse sur la façade méditerranéenne

 

La Méditerranée de la pêche et de l’élevage d’espèces marines est une histoire ancestrale qui a continuellement évoluée. Aujourd’hui, cette évolution est à l’initiative de tous les acteurs impliqués dans la pêche, l’aquaculture et les biotechnologies, avec une capacité d’initiative partagée qui permet la réunion de connaissances, de moyens et d’intérêts nécessaires pour construire des projets collaboratifs innovants.

 

Dans chacun de ces domaines, la façade méditerranéenne possède des atouts forts, avec des acteurs (PME, start-up, entreprises familiales, grands groupes nationaux ou internationaux, instituts de recherche, universités, organisations représentatives, fédérations et gestionnaires et porteurs de politiques publiques) qui sont situés à tous les niveaux entre la recherche fondamentale et les systèmes opérationnels de production. Une ou plusieurs activités sont en pointe, à l’exemple de la recherche et de la production de jeunes alevins de poissons pour l’aquaculture.

Potentiel de marché : nourrir la planète

 

La mer est riche de ressources biologiques animales, végétales ou bactériennes, accessibles soit par l’exploitation de ces espèces dans le milieu naturel, soit par la mise en culture dans des milieux naturels ou contrôlés. Ces deux démarches visent principalement à produire des protéines alimentaires, par la pêche et l’aquaculture et se sont diversifiées, depuis une trentaine d’années, avec les biotechnologies bleues (alimentation animale, bioénergie, santé, cosmétique, nutraceutique …). Deux orientations se développent, l’une vers la localisation des marchés de consommation locale de produits frais et l’autre vers des places de marché situées sur l’ensemble de la France, de l’Europe ou de la planète pour les produits à fort potentiel économique.

 

Aujourd’hui, les productions biologiques marines circulent et se redistribuent sur l’ensemble des continents. Le Pôle Mer Méditerranée vise à participer au développement de projets sur la façade méditerranéenne pour améliorer les systèmes de productions locaux et produire également des connaissances et des savoir-faire exportables.

L’innovation, clé d’un avenir durable

 

L’action du Pôle Mer Méditerranée concerne l’émergence de solutions capables de lever les verrous scientifiques, techniques et économiques :

  • Pêche durable : apporter des innovations technologiques relatives au navire, à la sécurité des équipages avec des postes de travail plus adaptés, à la propulsion et aux économies d’énergies et aux engins de pêche réduisant les prises accessoires ;
  • Aquaculture durable : viser l’exemplarité en travaillant à la fois sur le volet recherche avec l’identification de nouvelles sources d’alimentation, la santé et la sécurité de la production, la domestication de nouvelles espèces plus efficaces, à croissance plus rapide…,sur le volet environnemental avec la réduction des impacts notamment génétique, la gestion des intrants, des rejets et de l’énergie et enfin sur le volet acceptabilité sociétale de l’aquaculture ;
  • Biotechnologies bleues : l’innovation concerne toute la chaîne de valeur, de la culture / production en passant par la récolte et la transformation vers la synthèse.

Des filières en adaptations

 

Ces domaines d’activités sont organisés dans un cadre national et européen, telle que la Politique Commune des Pêches initiée en 1983, qui est évolutif. Les compétences de la façade se mobilisent pour imaginer et mettre en œuvre de nouveaux dispositifs pour maintenir ou développer ces filières. Le Pôle soutient prioritairement les actions qui concernent par exemple :

  • La pêche : la transformation et la commercialisation des produits de la pêche, la conception et l’entretien des navires, les engins et instrumentations de pêche, et les services associés,
  • L’aquaculture : les aliments formulés, les écloseries de poissons et coquillages, le grossissement, et les services associés,
  • Les biotechnologies : nouvelles bio-ressources pour l’homme et pour contribuer à la transition énergétique et écologique (dépollution, bioremédiation, matériaux biosourcés).

Les projets les plus récents

  • En recherche de financement
  • En cours
  • Terminé