Ports, logistique et transports maritimes

Des ports fluides, verts, à énergie positive, créateurs d’emplois et innovants seront pleinement au service de la stratégie industrielle de la France et des territoires en s’inscrivant au cœur des flux économiques et logistiques mondiaux côté terre et côté mer.

17 Projets financés

22 Projets labellisés

6 Plateformes collaboratives

49.15 M€ Budget de projets labellisés

DAS-6-Portd-infrastructures-et-transports-maritimes-Pole-Mer-Mediterranee_page_large.jpg

Le périmètre : la compétitivité portuaire

 

« Portes d’entrée » maritimes de la France, bassins industriels et plateformes logistiques de premier ordre, les ports créent une richesse et des emplois qui dépassent très largement l’enceinte de la place portuaire. En avril 2019, le Ministère chargé des transports a initié une démarche portant sur l’élaboration d’une nouvelle stratégie nationale portuaire, ayant pour ambition de doter la France d’une véritable offre portuaire performante et durable afin de conquérir de nouvelles parts de marché, tout en s’inscrivant dans la transition numérique et écologique.

 

Cette stratégie, aura notamment pour objectif de définir un cadre nouveau, évolutif, partagé entre l’État, les collectivités, les acteurs économiques et sociaux, visant à : consolider le rôle des ports dans les chaînes logistiques, mieux partager les stratégies des différentes autorités portuaires, accompagner la transition écologique et en particulier énergétique, accélérer la transition numérique et la montée en puissance des territoires d’innovation industrielle, développer les emplois et compétences nécessaires à la performance de nos écosystèmes portuaires.

Un tissu économique local riche et structuré

 

Les ports d’État de l’axe Nord (Dunkerque), de l’axe Seine (Le Havre, Rouen, Paris) et de la façade méditerranéenne (Marseille) orientée vers l’axe Rhône-Saône produisent une valeur ajoutée estimée de 13 Md€ associée à 130 000 emplois directs.

 

Chiffres clés (Provence-Alpes Côte d’Azur, Occitanie, Monaco, Corse) :

  • 3 Millions de passagers croisière et 3.68 Millions de passagers ferries par an.
  • 196 ports de plaisance, représentant près de 89 00 anneaux (58% des anneaux en France).
  • Le GPMM à lui seul est une source majeure d’emploi avec  41 500 emplois portuaires (directs + indirects) et un moteur de l’économie locale avec 3,5 milliards d’euros de valeur ajoutée.

Les atouts de notre territoire sont nombreux avec une place portuaire mondialement reconnue et des initiatives sur des projets structurants (PIICTO, French Smartport in Med, HYNOVAR, Plan Littoral 21…). L’écosystème local portuaire est bien structuré, avec également toute une filière industrielle se développant autour de la réparation navale.

 

Enfin la création du conseil de coordination interportuaire et logistique Méditerranée Rhône Saône couvrant le territoire des régions Provence-Alpes-Côte d’Azur, Auvergne-RhôneAlpes, Bourgogne-Franche-Comté et Occitanie vise à assurer une meilleure coordination de l’axe logistique Rhône Saône ainsi qu’une meilleure articulation avec les ports de la façade méditerranéenne, qui permettront d’accroître la compétitivité de cet ensemble portuaire et du réseau de plateformes logistiques auquel il est relié.

Enjeux d’aujourd’hui et de demain

  • Le Smart Port pour déployer de nouvelles applications qui favorisent grâce à la dématérialisation la fluidité du passage des marchandises et des passagers grâce à une logistique intelligente, l’excellence environnementale en n’opposant pas le développement durable et développement économique, une offre digitale en termes d’infrastructures permettant aux ports de devenir non seulement un hub de marchandises et de passagers, mais aussi un hub de données.
  • Adapter des infrastructures aux changements climatiques et à la pression démographique.
  • Assurer la sûreté et la sécurité du passage au numérique face à la montée des menaces de la zone portuaire et plus particulièrement dans le domaine de la cybersécurité.
  • Le Greenport pour réduire les gaz à effet de serre et améliorer la qualité de l’air en accompagnant la connexion électrique des navires à quai, le déploiement d’une filière hydrogène vert et l’avitaillement au GNL des navires.
  • Mettre en place des programmes de valorisation sur les plateformes industrielles de l’économie circulaire et de l’écologie industrielle

Villes portuaires, creuset d’expérimentation et de créativité

 

Les villes portuaires constituent des laboratoires d’expérimentation formidables au cœur de régions urbaines denses. Elles associent souvent à un socle industriel des problèmes environnementaux complexes. Elles donnent alors naissance à des projets innovants, notamment pour les énergies marines renouvelables, qui génèrent de nouvelles filières économiques et des emplois.

Les projets les plus récents

  • En recherche de financement
  • En cours
  • Terminé