Ressources énergétiques et minières marines

  • 23 Projets financés
  • 38 Projets labellisés
  • 2 Plateformes collaboratives
  • 96M€ Budget de projets labellisés

Le 21ème siècle fixe de grands défis pour répondre à la demande croissante en matières premières et en hydrocarbures, tout en préparant la transition vers les énergies renouvelables.

Vertiwind Nenuphar new design

Un large périmètre d’intervention

Les énergies marines renouvelables, ou EMR, permettent de produire de l’énergie à partir du vent, des courants, des marées, de la houle, des gradients thermiques, de la salinité... L’exploitation de l’énergie bleue, ou production d’électricité à partir de parcs d’énergie marine, va participer au respect des engagements européens français en matière d’ENR et offre de réelles perspectives de développement économique et d’emplois.

L’offshore profond, situé en dessous de la zone photique et allant jusqu’à des profondeurs abyssales, concentre 80% des ressources minières, quasiment inexploitées aujourd’hui, essentiellement autour des zones à fortes activités sismiques et tectoniques telles que les dorsales. Il comporte aussi de nombreuses ressources en hydrocarbures.

Des marchés à différents stades de maturation

La part d’énergies renouvelables dans la consommation totale française à l’horizon 2020 devrait quant à elle atteindre 23%, avec 3% pour les énergies marines, soit 6 000 MW. L’objectif visé est l’indépendance énergétique de la France ultramarine, qui deviendra la vitrine technologique de la France dans le domaine des EMR.

Le marché de l’Oil & Gas, ou extraction des énergies fossiles, est un marché très mature, avec une demande supérieure à l’offre de production. Capté par des grands groupes, il devrait encore progresser d’ici 2050, avec des perspectives de croissance à 2 chiffres.

Enfin, le marché des ressources minières offshore, qui intéresse de nombreux pays, est encore dans une phase d’exploration. Passer à l’exploitation demandera, au delà des contraintes environnementales, des investissements colossaux que seuls les grands acteurs mondiaux peuvent engager.

L’innovation, moteur du développement économique et technologique

La plupart des technologies EMR dont les prototypes français de première génération devraient être mis en essais ou en service dans les deux ou trois années qui viennent. L’objectif à horizon 2030 est de disposer de 17,2 TWh par an, majoritairement à partir de ces technologies, avec 21 000 emplois à la clef, dont 11 000 très rapidement sur la filière éolienne offshore posée.

Accéder aux ressources offshore profondes jusqu’à près de 4000 mètres implique de développer des technologies nouvelles nécessitant de disposer de robots plus performants et d’équipements électriques au fond avec de réelles ruptures technologiques. Les défis sont nombreux et permettent a nos PME de se développer en répondant aux besoins de l’industrie parapétrolière française, très puissante dans le monde.

Filières « Éolien Offshore Flottant » et « Robotique »

Le Pôle conduit des actions stratégiques structurantes propres aux filières de l’Éolien Offshore Flottant et Robotique sous-marine (base de données référents et experts, études de marché, infrastructures industrielles et portuaires...).