NAPPEX (ex BIOHUT)

Abouti

Contribution des infrastructures portuaires de la côte languedocienne à l'objectif du "bon état écologique" de la DCSMM

BIOHUT.png

Le projet NAPPEX (Nurseries Artificielles Pour des Ports Exemplaires) fut l’un des 62 lauréats du 1er appel à projet de la Stratégie Nationale pour la Biodiversité, lancé par le Ministère de l’Ecologie en 2011. Il avait pour objet le développement d’une technique de restauration écologique marine,  visant à rendre biocompatibles les infrastructures portuaires existantes, principalement les quais et les pontons. Le procédé développé Biohut®, vise à restaurer le service écosystémique de nurserie en protégeant les post-larves et les jeunes recrues de la prédation tout en leur garantissant une nourriture adaptée, permettant ainsi d’atteindre la « taille refuge » de manière à pouvoir efficacement contribuer à la population adulte. Installés en sub-surface, le long des quais,  ou sous les pontons, ces modules légers et ergonomiques se composent de matériaux 100% recyclable : une cage en acier remplie de coquilles d’huîtres entourée de deux cages vides de protection face à la prédation. Parfaitement adapté aux aménagements portuaires, ce procédé breveté en 2013 fait aujourd’hui  l’objet d’un brevet européen élargi (30 pays) publié le 13 avril 2016 sous le numéro EP3003019.

 

 

Retombées et perspectives

Cette  étude a apporté la preuve scientifique du gain environnemental que représentent les Biohut® dans des zones portuaires. Elle a également montré que l’abondance et la diversité des larves varient selon le port et l’emplacement des nurseries artificielles dans le port et que le Biohut ne sert pas uniquement aux poissons mais également à  une grande variété d’invertébrés vagiles (oursins, crabes, crevettes, pétoncles etc). Ces résultats ont été présentés à plusieurs congrès internationaux (SER de Madison (USA), à la CEER (Conference on Ecological and Ecosystem Restoration) à la Nouvelle Orléans, plus récemment à Manchester (UK). Le procédé a fait l’objet de plusieurs publications scientifiques de rang dont une dans MEPS en 2016 (Bouchoucha etal, 2016). Il s’agit, à ce jour, de la seule publication scientifique qui reconnait l’efficacité de modules d’habitats portuaires pour rétablir la fonction de nurserie dans les ports.

 

Ce projet a donc permis le développement de deux types de modules (Biohut quai et Biohut ponton) et la validation de leur intérêt écologique, mais a également permis la mise au point de différents systèmes de fixation en fonction du support (béton, palplanches). Le projet a permis de montrer l’engouement pour ce type de solution des maîtres d’ouvrages : les autorités portuaires de Monaco, Marseillan, Agde et de 9 autres villes côtières méditerranéennes ont déployé la technologie Biohut® à la suite du projet NAPPEX.  Ecocean a depuis fin 2014 lancé une gamme complète de solutions adaptées, selon les besoins et les contraintes du port (ex : Projet NUAMCE). 

Aujourd’hui, ce sont plus de 1400 Biohut qui ont été installés dans une cinquantaine de marinas et de ports de commerce en France, aux Etats-Unis et au  Maroc et dans d’autres pays européens. Le projet NAPPEX est devenu une appellation reconnues auprès des ports engagés dans des actions volontaires de biodiversité.

Porteur du projet
ECOCEAN
Partenaires industriels
Partenaires recherche
CEFREM/Université de Perpignan, CNRS , CREM
Budget
428 K€
Cofinanceurs publics
Agence de l'eau Rhône Méditerranée et Corse - Conseil Général de l'Hérault
Année de labellisation
2011
Année de cofinancement
2013-2014