Services à l’environnement en littoral et en mer

Une approche stratégique au service de l’environnement marin Le marché de l’environnement est fortement structuré par la réglementation. La Directive Cadre européenne sur la Stratégie du Milieu Marin a pour objectif le bon état écologique des zones marines côtières à l'horizon 2020. Elle s'inscrit dans la continuité de la Directive Cadre sur l’Eau (2000). Elle implique une surveillance plus étendue et plus complexe. Elle porte aussi sur l’interaction des activités et aménagements avec les écosystèmes et sur la restauration des milieux dégradés. Dans ce cadre, le Pôle Mer Méditerranée fait partie du Conseil Maritime de Façade en particulier pour le Plan d'Action pour le Milieu Marin et des groupes de réflexion au niveau national sur l'application de la DCSMM. Dans une volonté de concilier le développement économique du littoral avec l'objectif du bon état écologique, le Pôle a entrepris de contribuer à l'émergence du génie écologique côtier. Un partenariat s'est développé dans le cadre de ce programme avec l'Agence de l'Eau Rhône Méditerranée et Corse se poursuit avec les Conseils Généraux du Var et des Alpes Maritimes cette année.

périmètre

Le programme s’inscrit dans la stratégie nationale pour la mer et le littoral ainsi que dans le plan d’actions pour le milieu marin, qui se décline par façade. Les principales problématiques sont d’ordres scientifique et technologique pour disposer de connaissances et d’indicateurs environnementaux et d’outils de mesure adaptés aux marchés associés sur le milieu marin et sur son évolution. Disposer d’outils fiables d’acquisition et de traitement de la donnée environnementale permettra d’ajuster les mesures de gestion sur l’ensemble des activités maritimes et côtières dans une logique de développement durable.

Ce programme intègre le développement des produits et services pour différentes applications.

Tout d’abord les services de gestion adaptés :

  • aux usages touristiques (eaux de baignades),
  • à l’information (alerte et observatoire citoyen),
  • à la gestion de la donnée environnementale (co-valorisation de la donnée),
  • à l’aide à la gestion du milieu marin,
  • à l’organisation d’études d’état préalables aux travaux et implantation d’ouvrages.

 Puis les services de prévention et gestion des risques environnementaux dont le changement climatique.

Enfin le développement et l’utilisation d’outils, dont la métrologie et l’instrumentation (nouveaux capteurs simples et intégrés pour la mesure physique, chimique et biologique, systèmes d’observation automatisés, mesures continues de l’évolution d’un écosystème, alimentation de bases de données), l’océanographie opérationnelle, ou encore le stockage, traitement et co-valorisation de la donnée. 

Des potentiels de marchés à anticiper

Le marché est essentiellement tiré par les textes réglementaires comme les directives européennes DCE, DCSMM, eaux de baignade, habitats. L’application de ce levier règlementaire est encouragée par la confirmation de la croissance de la demande sociétale et du tourisme littoral qui alimente ce marché. Cette demande concerne autant les collectivités territoriales que les activités professionnelles qui font un usage de l’environnement littoral côtier.

Poids et atout des acteurs de l’innovation sur le territoire

Ce programme regroupe plusieurs filières en émergence : océanographie opérationnelle, systèmes instrumentaux, services environnementaux.

Le pôle comprend 3 grands groupes et une trentaine de PME innovantes mobilisables sur ce programme fédérateur (intégrateurs, équipementiers, sociétés de service). Une PME, leader international sur les données satellitaires sur la couleur de l’océan, a initié le GIS COOC avec le CNRS, l’UPMC, le CNES.

Le Pôle dispose sur son territoire d’atouts territoriaux majeurs :

  • Les centres et observatoires océanologiques de Marseille et de Villefranche sont des centres de recherche d’excellence dans le domaine.
  • L’Ifremer est leader international sur les technologies de systèmes d’observation.
  • Les universités de PACA (Universités de la Méditerranée, de Sud Toulon Var, de Nice Sophia Antipolis), les écoles d’ingénieur (ISITV, Centrale Marseille) ont des formations spécialisées sur les écosystèmes, le milieu marin et les technologies marines.
  • Par ailleurs, l’extension au Languedoc-Roussillon complète les compétences en recherche (UM2 sur les milieux lagunaires, l’Institut Electronique du Sud à Montpellier et son département sur les capteurs, Arago à Banyuls sur le milieu marin) et en sociétés de services (Biotope, BRLi, Seaneo). Le Pôle veillera à ce titre que les travaux déjà initiés s’intègrent parfaitement 

Les projets les plus récents

Etat du projet : En recherche de financement En cours Terminé

BASEMAN

Porteur du projet : Institute Helmholtz Centre for Polar and Marine Research

HERMES

Porteur du projet : ISTerre (Université Joseph Fourier de Grenoble, CNRS, IRD, LCPC,Université de Savoie)

PLASTOX

Porteur du projet : SINTEF (Norvège)

CIGOEFF

Porteur du projet : UMR MARBEC

BIOCAREX

Porteur du projet : LOV UNIVERSITE PIERRE ET MARIE CURIE (Paris 6)

SIMPLEX

Porteur du projet : ACRI HE

IDCOMCO

Porteur du projet : GLOBOCEAN

CHAMAP

Porteur du projet : SEAVIEWS

SACLAF - SMF

Porteur du projet : Subsea Tech